jeudi 20 novembre 2014

Les anges sont sans merci (Felicity Atcock #4)

Auteur : Sophie Jomain

Editions : Rebelle

Pages: 300



Résumé

Des fées sorties de nulle part sont responsables du plus grand drame de ma vie. Elles m’ont mise K.O., ça, c’est certain, mais il ne sera pas dit que je me suis laissé marcher sur les pieds. Car s’il y a bien un truc qu’il ne faut jamais faire sous peine de représailles, c’est voler à une femme ce qu’elle a de plus cher. Alors c’est vrai que je n’ai pas vraiment le profil de la grande méchante, mais je suis quand même prête à leur botter l’arrière-train, même si pour ça je dois d’abord faire face à ce que je redoutais le plus : la trahison.

Avis

Attention il s’agit du quatrième tome de la saga, il y a donc un risque de spoilers !

Voilà quelques temps que j’avais lu les premiers tomes mais l’histoire, bizarrement, est restée assez claire dans ma tête. J’ai donc commencé ma lecture sereine et avec une bonne idée de la situation.
L’histoire reprend après les événements difficiles de la fin du tome 3, dans lequel notre héroïne Felicity apprend que son bébé (dont le père est un mystère) a été enlevé par des fées, êtres vicieuses et diaboliques. Comme on peut s’y attendre, elle est au fond du gouffre. Le père, révélé dès la première ligne de l’histoire, a également connu des jours meilleurs. Ensemble et accompagnés de leurs amis, ils décident de tout faire pour pénétrer le royaume des fées et sauver Adam, leur fils. Et pour cela, Felicity va devoir se trouver un allié de taille…

J’ai pris plaisir à retrouver le style très personnel de Sophie Jomain. Ses livres ne sont jamais des coups de cœur pour moi mais je passe toujours un bon moment à les lire. Elle ne lésine pas avec l’humour noir, les mots crus, le sexe et des situations toutes plus absurdes les unes que les autres. Ce tome se lit vite : l’écriture est simple, les chapitres sont courts et les rebondissements sont multiples !

Du côté des personnages, Daphnée apporte toujours un brin de fraicheur, bien qu’elle ne soit pas très présente dans ce tome. Stephanie aussi est bien effacée, l’action se concentre surtout sur notre carré amoureux… et oui, un carré ! Moi qui n’aimais déjà pas les triangles…

Felicity est déterminée à récupérer son fils, quoi qu’il advienne. Les hommes de sa vie n’ont donc pas d’autre choix que de lui prêter main forte, chacun dans leur rôle : Stan est toujours aussi arrogant, sexy et manipulateur, Phil est le parfait chevalier secourant sa damoiselle et Terrence… Terrence est celui qui a le plus changé. Sa vie change, sa relation avec Jeliel et Dieu se complique, il se remet énormément en question… Il est plus sensible et touchant que dans les tomes précédents. La relation entre Terrence et Felicity… bah je ne la comprends pas trop. Ils ont été amants et ont l’air de vouloir être amis malgré leur passif mais l’auteure laisse entendre plus que de l’amitié et ça ne me plaît pas vraiment.

Les dialogues sont toujours explosifs, notamment entre Stan et notre héroïne. Si vous avez aimé l’humour des tomes précédents, vous serez encore une fois ravis. Certaines répliques m’ont vraiment amusées, c’est ce que je recherche dans ce genre de lecture.

L’action est présente, le roman est bien rythmé et on a le droit à plusieurs révélations intéressantes (enfin, on en a deviné certaines !). L’intrigue n’est pas super originale mais la découverte du royaume des fées est sympathique. On imagine très bien la vie en technicolor et leur cruauté détone avec leur représentation habituelle.

J’ai apprécié ma lecture. Ce tome est plus sombre que les précédents, il y a plus de tristesse et de douleur pour nos personnages. Le tout mélangé a de l’humour et beaucoup d’ironie. Je lirai la suite avec plaisir et je suis curieuse de voir l’évolution des personnages. C’est une lecture détente qui a rempli son contrat !

Ma note : 3.5/5

Extrait

« Subitement, il a enroulé un bras autour de ma taille pour me ramener contre lui. J’en ai eu le souffle coupé. J’ai levé les yeux vers lui, son regard m’a totalement désarmée.

 — Justement. Je veux peut-être mériter une place à tes côtés. Et peut-être que, contrairement aux deux connards que tu fréquentes, je ne souhaite pas uniquement prendre, mais donner. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire